Menu

La pratique du "cash back" enfin inscrite dans la loi

La pratique du "cash back" enfin inscrite dans la loi

Cette pratique permet à un client payant un achat par carte bancaire de demander au commerçant d'augmenter le montant de cet achat d'une somme supplémentaire qu'il lui restitue en espèce. Basé sur le volontariat, ce service qui pourra être facturé par le commerçant (qui paie lui même une commission sur ses encaissements par carte bancaire) devra obligatoirement être sollicité par le client et adossé au paiement d'un achat …ou d'un service.

Cette pratique (qui existait cependant déjà avec les points verts du Crédit Agricole) résulte techniquement de la ratification d'une ordonnance transposant une directive européenne (dite DSP2) concernant les services de paiement dans le marché intérieur semvle présenter un intérêt dans les zones peu peuplées et démunies de distributeurs automatiques de billet. En effet, les banques sont de plus en plus réticentes à installer de tels équipements en zones rurales à moins que les collectivités locales ne contribue de façon très substantielle à cet investissement.

D'autres y voient, au contraire, un risque que les banques délaissent encore davantage les zones à faible densité de population.

En effet, si ce système permet un "dépannage" il ne résoud pas le problème de l'offre globale de service bancaire pour les personnes éloignées des zones mieux couvertes qui se trouvent dans l'impossibilité d'avoir recours aux services bancaires en ligne.

Cette impossibilité peut résulter de leur "allergie" pour les nouvelles technologies mais aussi de leur incapacité à y accéder par défaut de maîtrise de l'outil informatique ou encore par le fait que les mêmes zones à faible densité de population sont également celles dont la couverture par l'internet laisse le plus à désirer.

Il reste cependant à préciser le montant minimal de l'opération (achat d'un bien ou d'un service) qui permettra de se faire remettre des espèces par le commerçant ainsi que le montant maximal de la somme qui pourra être obtenu de la sorte, ce qui justifie l'intervention d'un décret.

Publié le 10/08/2018

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette publication

Pseudo
Email

L'adresse email n'est pas affichée publiquement, mais permet à l'avocat de vous contacter.

Commentaire
(copiez le numéro situé à gauche dans cette case)
Publier

Ce site a été réalisé par SiteAvocat : création site internet avocat - Mentions légales - Confidentialité

Accès administrateur